Une offre d’emplois de 56.000 saigneurs d’hévéa présentée aux jeunes de Bouaké

0
233
Un saigneur d'hévéa (image d'illustration)

21 octobre 2018(lepaysan.ci) L’Association des professionnels du caoutchouc naturel (APROMAC) a présenté, vendredi, à Bouaké, une opportunité d’emplois dans l’hévéaculture portant sur le recrutement de 56.000 saigneurs qui seront formés et mis à la disposition des propriétaires de plantations à partir de 2019 pour les quatre prochaines années.

Le projet a été présenté en marge des Journées de l’administration agricole par le secrétaire exécutif du Fonds hévéa de l’APROMAC, Konan Albert, qui a indiqué que le besoin est tellement important pour la filière que qu’il faut des jeunes habitués au monde agricole et qui «veulent vraiment travailler».

«Ils vont pouvoir donner un sens à leur vie, pour ceux qui sont dans les villages et qui n’ont pas d’activité. Ce qui les expose à des risques de délinquance, d’alcoolisme», a-t-il souligné, sollicitant l’appui des chefs coutumiers pour le recrutement des intéressés.

Il expliqué que le métier de saigneur consiste à recueillir le latex. C’est un travail qui dure trois heures dans la journée de 6H00 à environ 9H00. Le saigneur peut de ce fait disposer du reste de la journée.

Un saigneur, a-t-il annoncé, peut toucher un salaire de 50.000F à plus de 100.000F. En termes de profil de carrière, il peut gravir des échelons et devenir contrôleur de saignée et chef des saigneurs.

De 2009 à 2017, le Fonds hévéa a créé 120.000 hectares d’hévéa et formé près de 12.000 personnes aux différents métiers notamment, les saigneurs, les pépiniéristes, les greffeurs, les régisseurs, ont été présentés.

De 1950 en 2018, la Côte d’Ivoire a planté 650.00 hectares d’hévéa et la production nationale est estimée à 603.000 tonnes de caoutchouc naturel au 31 décembre 2017. Ce qui équivaut à 2% de la production mondiale et 50% de la production africaine. Avec ces réalisations, le pays occupe la première place au niveau africain et le 7e rang mondial.

Le secrétaire exécutif du Fonds hévéa a présenté d’autres avantages de la filière en indiquant qu’en plus d’être une culture de rente, les plantations d’hévéa contribuent à l’amélioration de la pluviométrie dans la zone où elles sont réalisées. L’essence peut être aussi utilisée pour la fabrication des meubles et des portes.

Source : AIP

Laisser un commentaire