Transformation locale du Cacao/ Gon Coulibaly : « Barry Callebaut apporte la preuve que la Côte d’Ivoire offre d’excellentes conditions »

0
112
Le PM Amadou Gon Coulibaly, procédant à la pose de la pierre de l’extension de l’usine de Saco à Marcory-Zone 4 ce mercredi 16 mai 2018

17 mai 2018 (lepaysan.ci)  « Avec ce nouvel investissement, le groupe Barry Callebaut apporte la preuve que la Côte d’Ivoire offre d’excellentes conditions pour la transformation locale du cacao. Démontrant ainsi que de grands groupes peuvent investir dans l’industrie du Cacao en Côte d’Ivoire », a indiqué le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, ce mercredi 16 mai 2018, à la cérémonie de la pose de la pierre de l’extension de l’usine de Société africaine du cacao (Saco) à Marcory-Zone4.

Cette nouvelle usine a souligné le directeur général de Saco, Loïc Pierdo sera opérationnelle en janvier 2019. Et elle permettra de doubler le volume des fèves de cacao broyé à Abidjan.  Poursuivant, il a affirmé : « Nous entendons ainsi accompagner la politique d’industrialisation du gouvernement à travers ce cet investissement de plus de 30 milliards FCA ».  Ce projet, a-t-il précisé, vise à implanter une nouvelle ligne de transformation du cacao en produit fini. Toute chose qui va entrainer la capacité de broyage à plus de 40.000 tonnes, la construction des nouveaux, entrepôts de stockage de produits finis, la mise en place d’une académie du chocolat.

« La pose de la première pierre de cette nouvelle ligne de production,  traduit pour nous la décision de la société Saco de se conformer à la politique de transformation et de valorisation locale de nos matières premières (…) », a dit le Chef du gouvernement ivoirien. Avant de saluer la constance  de l’accompagnement du groupe Saco à la mise en œuvre de cette politique depuis 1964. Et cela à travers des investissements.

A cette occasion, M. Gon Coulibaly a réaffirmé que l’objectif  du gouvernement ivoirien est d’accélérer la transformation structurelle de l’économie du pays par l’industrialisation. « Le secteur industriel constitue le second pilier de notre économie avec une part d’environ 25% dans le PIB dont 16% pour le secteur manufacturier », a-t-il rappelé.

Poursuivant, il a souligné que le gouvernement ivoirien s’est fixé également pour objectif d’accroitre significativement cette contribution à l’horizon 2020. Pour lui, le secteur industriel est appelé à jouer un rôle majeur en tant que source de croissance, de création d’emploi et de levier pour le développement des autres secteurs économiques par son effet d’entrainement.

« Pour ce faire le gouvernement a élaboré une politique industrielle qui met l’accent  sur renforcement du lien production-transformation… L’objectif visé est de créer plus de valeur ajouté localement et de nombreux emplois décents et durables pour notre jeunesse », a-t-il expliqué.

Laisser un commentaire