Protection du consommateur : mise en place prochaine d’une agence nationale de sécurité sanitaire des aliments en Côte d’Ivoire (Ministère de l’Agriculture)

0
172
Une vue de table de séance

05 avril 2018 (lepaysan.ci) Des experts ivoiriens et sénégalais participent de mercredi à jeudi à Abidjan, à un atelier sur l’analyse des risques appliquée aux décisions réglementaires.

Organisé à l’hôtel Radisson Blu par la Plateforme d’analyse des risques et d’excellence en réglementation des aliments (PARERA) de l’Université Laval du Québec, Canada, sur financement du Foreign Agriculture Service du ministère de l’agriculture des États-Unis d’Amérique (FAS USDA) et de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), l’objectif de cet atelier est de renforcer l’utilisation de la notion d’analyse des risques dans la prise de décision réglementaire aussi bien au Sénégal qu’en Côte d’Ivoire que dans la région de l’Afrique de l’Ouest en général.

Procédant à l’ouverture officielle des travaux, le Directeur Général des productions et la sécurité alimentaire au Ministère de l’Agriculture et du développement rural, Dr Brédoumy Soumaïla, a souligné que la sécurité sanitaire des aliments est une préoccupation majeure du Gouvernement et constitue une problématique dans la politique de sécurité alimentaire et nutritionnelle en Côte d’Ivoire. La Côte d’Ivoire envisage d’ailleurs d’améliorer la qualité des denrées par la mise en place d’une agence nationale de sécurité sanitaire des aliments, a-t-il souligné. 

Selon Samuel Godefroy, professeur en Analyse des risques et de politiques réglementaires des aliments à l’Université Laval, le but de cet atelier est de s’assurer que le cadre décisionnel qui est prôné par le dispositif d’analyse des risques permet d’atteindre des décisions réglementaires qui visent essentiellement la protection du consommateur mais également de permettre la pratique loyale de commerce international des denrées élémentaires.

.« Ça veut dire que les décisions doivent être ancrées dans l’information scientifique la plus probante, la façon dont cette information scientifique peut renseigner les experts à pouvoir faire leur analyse de façon à permettre une meilleure protection des consommateurs… », a-t-il ajouté, en marge de l’atelier.

L’ambition, a poursuivi Prof Godefroy, c’est de discuter davantage des priorités nationales de sécurité sanitaire des aliments là où justement ce dispositif sanitaire des risques pourrait s’appliquer davantage pour permettre de répondre à ces priorités, de protéger le consommateur ivoirien encore plus et de permettre une meilleure qualité, une meilleure salubrité et innocuité des produits agricoles et agroalimentaires faits en Côte d’Ivoire.

Auparavant, les représentants de la FAO, de l’USAID/USDA, le chef de la délégation du Sénégal ainsi que le directeur exécutif du Fonds interprofessionnel pour la recherche et le conseil agricoles (FIRCA), Dr Pierre Ackah-Angniman, ont salué l’initiative de cet atelier. Le FIRCA est le maître-d’oeuvre du Projet d’appui à la construction d’un système national de contrôle de la sécurité sanitaire (FADCI-SSA) en Côte d’Ivoire.

D.S (www.lepaysan.ci)

Laisser un commentaire