Propacom: La Coordonnatrice dresse un bilan satisfaisant

0
164

06 août 2018 (lepaysan.ci) Après cinq ans de mise en œuvre, le Projet d’appui à la production agricole et à la commercialisation (Propacom) a dressé, le 20 juillet, à Katiola, le bilan de ses activités.

Un bilan que la coordonnatrice, Aude Callé Goulivas, a jugé satisfaisant, tout comme le directeur de l’évaluation des projets au ministère de l’Agriculture et du Développement rural, Sionséligam Silué.

Dans sa présentation, il a expliqué que le projet a couvert plusieurs zones de production dans les régions de Gbêkè, du Hambol, du Gontougo, du Boukani, du Poro, du Tchologo et de la Bagoué, et a coûté plus de 13 milliards de FCfa. Elle a ajouté que pour l’accès aux facteurs de production, 271,44 tonnes de semences de riz irrigué, 95,1 tonnes de maïs de semences certifiées ont été distribués aux paysans ainsi que 66 motoculteurs, 20 batteuses et 132.100 sacs de collecte. Ce qui a permis de booster la mécanisation agricole et aux producteurs d’accroître leurs productions et contribuer ainsi à la sécurité alimentaire en Côte d’Ivoire.

Le projet, a poursuivi Aude Callé Goulivas, s’est également investi dans l’appui-conseil aux paysans en vue de permettre une plus grande maîtrise des techniques de productions agricoles dans l’optique de stimuler la production en qualité et en quantité. Elle a noté que plus de 3300 paysans ont été formés, 8127 ont reçu des semences et plus de 1289 hectares de superficie ont été aménagées ou réhabilitées. A cela, s’ajoute l’aménagement de 58% des pistes agricoles, la construction d’un centre de groupage et l’installation de 1851 ex-combattants sur un total de 2000.

Par ailleurs, la coordonnatrice a précisé que ce projet a connu quelques difficultés, notamment l’instabilité du personnel, la clôture anticipée des trois antennes, le manque de performance des prestataires, le faible niveau de maturité des organisations professionnelles agricoles et la complexité de la procédure de passation des marchés.

Au terme de l’atelier, les participants ont recommandé l’implication du corps préfectoral et des autorités administratives pour les projets futurs. Pour mémoire, le Propacom a été mis en place en vue d’améliorer durablement la sécurité alimentaire et le revenu des populations des zones du projet à travers l’accès des petits producteurs à des services de production efficaces, à des technologies appropriées et au marché.

Source : Fratmat.info

Laisser un commentaire