L’intensification de la production durable du cacao au centre d’un atelier à Adiopodoumé

0
206

26 juillet 2018 (lepaysan.ci) Le Directeur Général adjoint du Centre national de recherche agronomique (CNRA), Pr Aboudramane Sangaré a procédé mardi à Adiopodoumé, au lancement du projet de recherche Cocoasoils focalisé sur l’intensification de la production durable du cacao par le développement et la diffusion de la gestion intégrée de la fertilité du sol, au cours d’un atelier organisé dans les locaux de son institution.

« L’objectif du projet Cocoasoils est d’améliorer les connaissances sur la nutrition et la physiologie du cacaoyer dans un contexte de changement climatique afin d’apporter des réponses aux producteurs de cacao en Afrique subsaharienne  (Côte d’Ivoire, Ghana, Nigeria et Cameroun) pour améliorer durablement leur rendement de cacao et réduire l’impact de la cacaoculture sur la déforestation », a expliqué le directeur général adjoint du CNRA, représentant son directeur général, Dr Yté Wongbé.

Le coordonnateur du projet, Dr Richard Asare pour sa part, a expliqué que Cocoasoils est un projet de recherche de longue durée (30 ans), tout en indiquant que pour  les cinq premières années du projet, un financement d’environ 11,5 millions USD a été accordé par l’Agence Norvégienne pour la Coopération au Développement  (NORAD). Ce projet est fondé sur deux piliers à savoir la recherche pour le développement axé sur la physiologie du cacaoyer et la gestion des éléments nutritifs ainsi que le partenariat pour le développement visant à diffuser auprès de 90.000 producteurs de cacao les résultats de la recherche.

Le programme Cocoasoils sera mis en oeuvre par le biais de partenaires public privé avec les principaux IITA et WUR en collaboration avec CIAT, ICRAF, UNEP-WCMC, centres de recherche nationaux du Ghana, Nigeria, Côte d’Ivoire et Cameroun, les autorités du cacao, les partenaires de l’industrie des engrais ainsi que les partenaires de l’industrie du cacao.

La cacaoculture occupe en Côte d’Ivoire  55% des espaces utilisés par les cultures de rente.

Source : AIP

Laisser un commentaire