Les TIC peuvent permettre à la Côte d’Ivoire de faire un grand pas au niveau de l’Agriculture (Henri Danon, Coordonateur projet PSNDEA)

0
410
Henri DANON Coordonnateur du Projet de Solutions Numériques et de Développement de zones rurales et l'E-agriculture

Dans le cadre du Projet de Solutions Numériques pour le Désenclavement des zones rurales et de l’E-agriculture (PSNDEA) financé par la Banque mondiale, un concours national dénommé CivAgriHack a été lancé le vendredi 29 juin 2018. Monsieur Henri Danon, Coordonateur dudit projet a accordé un entretien à www.lepaysan.ci pour présenter les avantages que peuvent apporter l’organisation d’un tel concours au développement du secteur agricole en Côte d’Ivoire.

1)  C’est quoi le concours CivAgriHack ?

Le concours CivAgriHack entre dans la deuxième composante de notre projet c’est à dire la composante e-service aux agriculteurs.

En effet pour mettre internet au service de nos parents paysans il faut au préalable des applications qui serviront de véhicule aux différentes informations. Nous avons  réfléchi  donc à une solution locale en faisant confiance à l’expertise et au génie de notre jeunesse. D’où l’idée d’organiser un concours de développement d’applications. Pour ce faire,  nous avons pris contact avec la communauté des développeurs.

De cette consultation, deux startups ont sélectionnées à savoir  ICT4DEV et Akassoh  pour assurer l’organisation de ce concours dénommé CivAgri Hack. Il était question pour ces deux structures d’identifier, de recruter des groupes et à les mettre en compétition afin de développer des applications dans le cadre des activités agricoles.

2) Croyez-vous au succès du « mariage » TIC et Agriculture en Côte d’Ivoire ?

Oui je crois fermement que cette combinaison peut bien fonctionner dans notre pays car des pays de l’Afrique de l’Est en ont tiré beaucoup d’avantages. Aujourd’hui en Côte d’Ivoire les TIC peuvent nous permettre de faire un grand pas au niveau de l’agriculture. Le « mariage » TIC et agriculture est tout à fait naturel car ça colle à notre époque et ça permettra le développement du secteur agricole sur lequel repose notre économie.

3) Comment aviez-vous trouvé le niveau des candidats lors des présélections ?

Nos jeunes ont indiscutablement du génie surtout au niveau du codage, du développement d’applications même si ce savoir-faire a été souvent utilisé à d’autres fins.

En organisant ce concours, notre ambition est de canaliser ce génie afin qu’il serve au développement de la Côte d’Ivoire dans le domaine agricole et bien d’autres comme l’éducation, la santé…

Pendant la tournée de présélection, nous avions rencontré des jeunes remplis d’idées très innovatrices, il était donc primordial pour nous de les mettre en relation avec le monde agricole afin qu’ils soient imprégnés des réalités de ce secteur  pour nous sortir des applications qui contribueront à améliorer les conditions de travail des petits paysans car le projet s’adresse exclusivement aux petits exploitants.

Il est important de souligner que 48 groupes de jeunes dont l’âge varie entre 18 et 35 ans ont été retenus pour le concours qui a déjà débuté par la ville de Korhogo pour prendre fin les 20 et 21 juillet 2018 à Abidjan. Au total 5 villes vont abriter le concours, Abidjan, Bouaké, Daloa Yamoussoukro et Korhogo.

4) Un dernier message à l’endroit de la jeunesse ivoirienne qui a longtemps utilisé internet à mauvais escient

A travers ce hacktaton dédié à la jeunesse et  co-présidé par le ministère de l’Agriculture et du Développement Rural et celui de la Communication de l’Economie Numérique et de la Poste, c’est la preuve que l’Etat de Côte d’Ivoire veut faire confiance à la jeunesse.

Nous demandons aux jeunes de se servir de leur génie pour le développement du pays. Les TIC constituent aujourd’hui pour eux une opportunité de créer des emplois. On les exhorte à se détourner des effets nuisibles d’internet et à se consacrer entièrement à la plus-value que peut apporter l’usage des TIC. C’est une occasion pour eux, de prouver qu’on peut leur faire confiance.

D.S (www.lepaysan.ci)

Laisser un commentaire