Les semences améliorées pour une production agricole abondante et de qualité

0
314
(Photo d'archive utilisée juste à titre d'illustration)

13 mars 2018 (lepaysan.ci) Les semences améliorées sont des outils nécessaires à l’augmentation du rendement des paysans producteurs de riz et de mais, par la rentabilité qu’il procure à ceux-ci et la sécurité inhérente à leurs exploitations, qui génère, a révélé le promoteur agricole, Brou Kouamé.

Selon le concepteur de la startup ivoirienne GRACI (Grace Agricole de Côte d’Ivoire), œuvrant pour l’amélioration de la production de riz en Côte d’Ivoire, le juriste Brou Kouamé, cette pratique est d’actualité pour le bonheur des producteurs vivant en Côte d’Ivoire.

Pour des productions d’une à deux tonnes, l’application des pratiques liées à la semence améliorée donnent des résultats notables, avec un accroissement de la production.  Des surfaces cultivées, qui voient leurs productions, doubler voire tripler, grâce aux méthodes culturales améliorées, indique-t-on.

Lors de la deuxième édition du prix « Startup Of The Year Africa » (SOTYA), qui s’est tenue  au Technopark de Casablanca, Brou Kouamé avait mis en relief sa volonté de mettre  à la disposition des producteurs ivoiriens, des semences de meilleure qualité et selon les variétés demandées.

Pour ce juriste de profession, dans les pays en développement et notamment en Côte d’Ivoire et en Afrique  en général, deux types de systèmes semenciers se côtoient, les systèmes de productions familiaux ou communautaires et le système formel.

Ces méthodes culturales de types familiales sont principalement basées, selon, lui, sur un auto-approvisionnement en semences par le biais d’échanges et de cadeaux entre voisins ou sur le marché informel.  Elles s’appuient  sur des pratiques ancestrales et sur l’expérience des agriculteurs en matière de sélection.

Il estime que ces méthodes familles doivent laisser place à des pratiques formelles, orientées vers le marché et développées par le secteur public ou privé. La recherche scientifique, la sélection variétale et le contrôle des semences en laboratoire et l’expérimentation doivent consolider l’entreprise agricole.

Ces formes dites formelles rendent possible, a-t-il dit,  l’introduction de nouvelles variétés qui offrent une meilleure performante et une meilleure résistance aux maladies, à la sécheresse et à d’autres facteurs de limitation de rendement biotiques ou abiotiques.

Ces pratiques sont nécessaires pour le développement de la culture de la céréale en  Côte d’Ivoire et l’Afrique en général, selon ce promoteur agricole, Brou Kouamé.

« Afin d’augmenter la productivité des cultures céréalières et compte tenu des aléas climatiques, nous estimons qu’il est important non seulement que les producteurs soient informés et sensibilisés sur les types de semences améliorées. », a soutenu  Brou Kouamé.

La mise à la disposition des organisations paysannes de la base de différentes variétés de semences  pour leur multiplication en leur remettant les pièces techniques et tout en mettant un accent particulier sur la formation et un suivi technique s’avèrent nécessaire, à ce jour.

Cette innovation  majeure, qui a plu au jury et aux internautes, a valu à l’entreprise GRACI du juriste Brou Kouamé, un prix prestigieux, le prix Spécial OCP Agritech, spécialisé dans l’agriculture.

Son  programme de production, de certification et de diffusion de semences améliorées pour la filière rizicole, au travers du programme SAVE RICE Côte d’Ivoire a suscité l’intérêt des 12 000 votants en ligne recueillis pour élire les startups les plus innovantes à l’échelle africaine.

Ce sont plus de 600 startups, qui ont pris part à l’édition 2018 de cette compétition,  qui s’est tenue, le 25 janvier au Maroc.

Le Groupe OCP, partenaire de ce projet, a pour vocation, en tant que groupe africain opérant à l’international, de contribuer à l’autosuffisance alimentaire à l’échelle continentale, à travers la mise en place d’une étude dont les recommandations visent l’accompagnement de cette filière dans le bassin du Fleuve Mano.

Source : AIP

Laisser un commentaire