Lancement officiel du PRO2M, projet en faveur des filières manioc et maraîchères à Lolobo (Yamoussoukro)

0
590
Le Ministre Sangfowa entouré des autorités coutumières et des bénéficiaires a procédé au lancement du PRO2M à Lolobo

04 juillet 2018 (lepaysan.ci) La cérémonie officielle marquant le démarrage du Projet d’Appui au Développement des Filières Manioc et Maraichères (PRO2M) s’est tenue ce lundi 2 juillet 2018 à Lolobo, village situé à Yamoussoukro en présence du Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural, Mamadou Sangafowa Coulibaly, de l’Ambassadeur de l’Union Européenne en Côte d’Ivoire, SEM Jean-François Valette, du Directeur Exécutif du FIRCA, Dr Pierre Ackah Angniman, des autorités administratives et coutumières, des bénéficiaires et des acteurs du secteur.

D’un coût global de 11,5 milliards de FCFA, le projet est supporté entièrement par l’Union européenne, et se concentrera sur 21 régions du pays. La mise en œuvre du PRO2M est assurée par le Fonds Interprofessionnel pour la Recherche et le Conseil Agricoles (FIRCA) et s’étendra jusqu’en 2021.

L’objectif général de ce projet est de professionnaliser les filières manioc et maraichères et de renforcer la sécurité alimentaire, le PRO2M s’attèlera à intensifier la mécanisation, l’irrigation ainsi que l’accès au marché aux exploitants. « Le projet qui sera exécuté sur 4 ans et mis en œuvre dans 21 régions de Côte d’Ivoire, dont 17 pour le maraicher et 15 pour le manioc, comprend 3 composantes (manioc, maraîcher et nutrition » a expliqué Dr Pierre Ackah Angniman

Le Ministre Sangafowa a exprimé sa reconnaissance à l’Union europénne pour son appui constant à la Côte d’Ivoire dans divers secteurs et plus particulièrement dans le domaine agricole. Avant d’exhorter les bénéficiaires à s’approprier le projet, Mamadou Sangafowa s’est réjoui des résultats attendus du PRO2M «  le projet offrira 7.500 emplois directs. Il permettra une production additionnelle annuelle de 300.000 tonnes de manioc frais et 34.000 tonnes pour les maraichers. Le projet mettra à la disposition des producteurs 100 millions de boutures pour couvrir 10 milles hectares chaque année » a-t-il indiqué.

« Notre but, c’est de former un véritable entrepreneur qui soit capable de dominer le marché et d’imposer son prix plutôt que de subir à travers des négociations préalables à la production.», a expliqué l’ambassadeur de l’Union européenne, Jean-François Valette,

La cérémonie a pris fin par la visite d’une unité semi-industrielle de transformation du manioc en attiéké et autres dérivés de consommation courante (placali, etc). Bénéficiaire du projet, le groupement de femmes de Lolobo dénommé Edissou a été doté de cette infrastructure moderne.

D.S (www.lepaysan.ci)

Quelques images de la cérémonie de lancement

Laisser un commentaire