JNCC 2018 : Dr Irié Bi Zahouli du CNRA exhorte les Ivoiriens à consommer les produits chocolatés

0
260
Dr IRIE BI Zahouli lors de sa communication

01er octobre 2018 (lepaysan.ci) “Consommation du cacao et du chocolat: Quels vertus et bienfaits sur la santé humaine” était le thème de la conférence inaugurale des JNCC dite par Dr Irié Bi Zahouli,  Chercheur Technologue du café et du cacao à la station technologique  du Centre National de Recherches Agronomiques de Bingerville, le vendredi 28 septembre 2018 à Heden Golf Hôtel. Dans un exposé fort apprécié par une assistance composée majoritairement de producteurs, d’étudiants et de spécialistes de la filière cacao, le chercheur du CNRA a décrit les qualités technologiques, organoleptiques, nutritionnelles et sanitaires des produits chocolatés.

Comme l’indiquait le thème, la communication de Dr Irié Bi Zahouli était axée sur la promotion de la consommation du cacao.

Selon le chercheur, les qualités organoleptiques du cacao c’est-à-dire le goût constitue un facteur important car un produit alimentaire ne peut attirer que par son goût. Par ailleurs, il a indiqué que de nos jours les Industriels y attachent  une importance capitale. En dehors de la qualité gustative, le cacao regorge des éléments nutritifs qui au dire du panéliste méritent d’être valorisées. Pour cela, il a exhorté les paysans à respecter l’itinéraire technique afin de produire un cacao de meilleure qualité et donc très nutritive.

« Le cacao est un bon produit qui a des vertus thérapeutiques non seulement au niveau de l’alimentation mais aussi au niveau des soins corporels… Et nous (Côte d’Ivoire) en tant que premier producteur mondial devrons prendre soin de ce trésor » a conclu le chercheur.

Pour rappel le CNRA à travers ses chercheurs a mis au point une variété hybrique de cacao dénommé « cacao mercedes ». La principale particularité du « Mercedes », appréciée des producteurs autant que des acheteurs, est la rapidité de sa croissance. Ce qui lui a valu son sobriquet. Planté dans de bonnes conditions, il donne des cabosses dès dix-huit mois, et atteint une production de croisière optimale au bout de trois ans, contre respectivement trois et six ans en moyenne pour un cacao « classique ».

D.S (www.lepaysan.ci)

Laisser un commentaire