Hévéa/ A la recherche de 50 mille saigneurs : le Collectif COP hévéa forme 50 jeunes à Dabou

0
177
M. Isaac Adi a incité les jeunes à s’intéresser aux métiers de l’agriculture

30 mars 2018 (lepaysan.ci) Les producteurs en ont une préoccupation majeure. La filière hévéa a un besoin de 50 mille saigneurs. Face à cette situation, le Collectif des organisations professionnelles agricoles de la filière hévéa (Cop hévéa) a pris le taureau par les cornes.

Mardi dernier, à Lopou, une localité de Dabou, COP hévéa a baptisé une promotion comportant une cinquantaine de saigneurs.  A cette occasion, le porte-parole de COOP hévéa, Isaac Adi, a exhorté les jeunes à s’intéresser aux métiers de l’agriculture, notamment ceux de la filière hévéa. « Quand on tient compte de la production ivoirienne, la filière a encore besoin de plus de 50 mille saigneurs. En outre, le métier de saigneur nourrit son homme », a-t- il avancé. Car, M. Adi, le saigneur gagne au kilogramme au minimum 40 FCFA. « D’autres saigneurs perçoivent jusqu’à 100 F le kg quel que soit le coût du caoutchouc naturel », a-t- il fait savoir.

Malgré la baisse des cours, il a exhorté les jeunes à ne pas se décourager. Pour lui, le planteur doit dorénavant devenir un exploitant agricole en diversifiant ses productions. « Aujourd’hui, le coût du caoutchouc naturel est bas. C’est le fait du marché international. Demain, ce sera autour d’autres spéculations. Il faut avoir plusieurs productions pour faire face à ces conjonctures », a-t- ilconseillé.

Quant à Yssouf Camara, Secrétaire Général du COP hévéa et initiateur de cette cérémonie, il a également fait observer que d’autres activités peuvent intéresser des jeunes diplômés dans la filière hévéa. « Il y a la fonction de régisseur de plantation. C’est quelqu’un qui gère la plantation. Il doit avoir au minimum le BAC. Car il y a un logiciel à maîtriser. Il doit également avoir une bonne notion au niveau de la saignée. C’est dire que le secteur est pourvoyeur d’emplois. Mais il faut promouvoir ces emplois », a-t- il indiqué.

Fatogoma Diarra, directeur régional d’Abidjan-Nord de l’Agence emploi-jeunes, a fait savoir que sa structure est disposée à accompagner le COP hévéa, en scellant dans les prochains jours un partenariat avec cette organisation.

Laisser un commentaire