Entretien des routes rurales en Côte d’Ivoire : le bilan très satisfaisant du PSAC

0
179
Le Coordonnateur du PSAC, Agneroh Amari Raphael a présenté des résultats satisfaisants du projet

04 mai 2018 (lepaysan.ci) Un atelier de validation des études complémentaires de la Stratégie Nationale d’Entretien et de Développement de Routes Rurales (SNEDRR) a lieu depuis hier, jeudi 03 mai 2018 à Grand-Bassam en présence du Directeur de cabinet adjoint du Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural M. Kouakou Apporture. Initié par le Projet d’Appui u secteur Agricole en Côte d’Ivoire (PSAC), l’objectif général de cet atelier qui réunit différents experts est de définir une feuille de route commune, consensuelle et collégiale pour faire face, de façon durable, à la praticabilité des routes rurales en Côte d’Ivoire.

Le Coordonnateur du PSAC, Agnéroh Amari Raphael a révélé que les routes rurales, qui généralement ont une fonction importante de collecte malgré le faible trafic qu’elles développent, ont été complètement délaissées. De ce fait, l’accès aux centres de distribution, de commercialisation, d’exportation et de transformation, une condition majeure au développement du secteur agricole, est rendu difficile et quelques fois impossible.

Pour pallier donc cette situation, selon M. Agnéroh, premier responsable du projet, le PSAC avec l’appui technique de l’Agence de gestion des routes (Ageroute), sous la présidence des ministères des Infrastructures économiques, de l’Agriculture et du Développement Rural, a entrepris depuis 2014 de mettre en place la SNEDRR. Une étude diagnostique a été menée et validée en avril 2015. Quand l’étude de la stratégie nationale a été également menée et validée en mai 2015. Depuis, le 29 avril 2016, à l’initiative de l’Unité de coordination du PSAC, un comité technique chargé de la préparation de l’adoption de la stratégie nationale a été mis en place. Cet atelier qui prend fin demain, samedi 5 mai 2018 servira de cadre, selon le Coordonnateur, pour la validation des études complémentaires de la stratégie pour le développement de l’ensemble des chaînes de valeurs de l’agriculture ivoirienne.

M. Agnéroh a profité de cette occasion pour faire le bilan du PSAC, depuis son existence en 2014. Au niveau de l’accès au marché, les travaux de réhabilitation et d’entretien de la quasi-totalité des itinéraires estimés à 5.908 km dans les 10 régions couvertes par le PSAC, sont achevés. Au niveau de la productivité agricole, 47.674,5 ha de plantation de cacao, hévéa et palmier à huile ont été crées à partir de matériel végétal amélioré. Dont 13.001 ha pour la cacao, 19.713,45 ha pour l’hévéa et 14.960 ha pour le palmier à huile. Au niveau de l’appui institutionnel, les filières coton et palmier à huile sont devenues des interprofessions grâce aux actions du PSAC. Le processus est en cours pour les autres filières (cacao, hévéa et anacarde). Au total, e sont actuellement 56.624 bénéficiaires directs (12,25% de femmes) qui profitent des retombées des interventions du PSAC. Et  c’est à juste titre que les producteurs réclament eux-mêmes  une prorogation du Projet dans l e but de mieux consolider les acquis pour un impact des plus significatifs en milieu rural.

Procédant à l’ouverture des travaux, l’émissaire du Ministre Sangafowa coulibaly a salué l’initiative de cette rencontre tout en insistant sur l’importance des dessertes rurales.  M. Kouakou Apporture  a souligné qu’à l’issue des travaux, une communication sera faite en conseil des Ministres pour une meilleure stratégie nationale d’entretien et de développement des routes rurales en Côte d’Ivoire.

D.S (www.lepaysan.ci)

Laisser un commentaire