Communiqué du conseil des ministres du mercredi 30 mai 2018

0
104
Bruno Nabagné KONE, Ministre de la Communication, de l’Economie Numérique et de la Poste, Porte-parole du Gouvernement

Le mercredi 30 mai 2018, un Conseil des Ministres s’est tenu de 12h à 13h, au Palais de la Présidence de la République à Abidjan, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République, Chef de l’Etat.

L’ordre du jour de cette réunion comportait les points suivants :

A/-Mesures Générales
− Projets de décrets
C/-Communications

A/– MESURES GENERALES

PROJETS DE DECRETS

3- Au titre du Ministère de la Salubrité, de l’Environnement et du Développement Durable, en liaison avec le Ministère des Eaux et Forêts, le Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural et le Ministère de la Construction, du Logement, de l’Assainissement et de l’Urbanisme;

Le Conseil a adopté un décret portant modification des limites du Parc national du Banco.

4- Au titre du Ministère de la Salubrité, de l’Environnement et du Développement Durable, en liaison avec le Ministère des Eaux et Forêts, le Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural, le Ministère de l’Economie et des Finances, le Ministère du Tourisme et le Secrétariat d’Etat auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat;

Le Conseil a adopté un décret portant création de la « Réserve Naturelle Volontaire N’Zi River Lodge ».

Ces trois (03) décrets, qui interviennent dans le cadre de la politique forestière du Gouvernement, visent à renforcer la protection de ces aires protégées et à augmenter leur nombre en vue du rétablissement progressif du couvert forestier national. A cet effet, le Gouvernement encourage, conformément à la réglementation sur les parcs nationaux et les réserves naturelles, les personnes physiques et morales ainsi que les collectivités locales, à la création de réserves naturelles volontaires, telles que la « Réserve Naturelle Volontaire N’Zi River Lodge », qui constitue une première en la matière en Côte d’Ivoire.

C/– COMMUNICATIONS

2- Au titre du Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural, en liaison avec le Ministère de l’Industrie et des Mines, le Ministère de l’Economie et des Finances et le Secrétariat d’Etat auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat ;

Le Conseil a adopté une communication relative au bilan de la campagne coton 2017-2018 et aux perspectives pour la campagne 2018-2019.

La campagne coton 2017-2018 a été marquée par une nette reprise de la production et de la productivité cotonnières comparativement aux deux campagnes précédentes. La production de coton graine a atteint 412 646 tonnes avec un rendement de 1 261 kg/ha, contre une production de 328 090 tonnes et un rendement de 955 kg/ha en 2016-2017. Cette amélioration du rendement a été favorisée par le démarrage effectif du zonage agro industriel institué en décembre 2016, par de meilleures conditions climatiques ainsi que par une meilleure qualité des semences utilisées.

Le niveau satisfaisant du rendement conjugué avec un niveau acceptable des prix internationaux ont permis de reverser aux producteurs un revenu brut de cent huit (108) milliards de francs CFA contre quatre-vingt-six (86) milliards de francs CFA au cours de la campagne précédente, soit une hausse de 25,45%.

Aussi, sur proposition du Conseil du Coton et de l’Anacarde, le prix d’achat du coton au producteur est fixé comme suit, pour la campagne 2018-2019, dont la période d’achats débutera le 15 novembre 2018 :

265 francs CFA/kg le coton graine de 1er choix et,
245 francs CFA/kg le coton graine de 2e choix.
Ces prix sont fixés et publiés en début de campagne, au moment des semis, pour permettre la pleine information des acteurs.

Les projections de production et de rendement pour la campagne 2018-2019 devraient confirmer la dynamique positive de la filière. Par ailleurs, la mise en place effective du fonds de lissage et de soutien du prix au producteur, dont le processus est en cours, devrait permettre d’atténuer les variations des revenus des acteurs, en particulier des paysans-producteurs.

4- Au titre du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, en liaison avec le Ministère des Eaux et Forêts, le Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural, le Ministère des Ressources Animales et Halieutiques, le Ministère de l’Economie et des Finances, le Ministère de la Construction, du Logement, de l’Assainissement et de l’Urbanisme et le Secrétariat d’Etat auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat ;

Le Conseil a adopté une communication relative à la situation du Centre National de Recherche Agronomique (CNRA).

Face aux difficultés d’ordre structurel et budgétaire que connaît le CNRA, le Conseil a adopté un plan de relance afin de remettre durablement cette structure au service du développement de l’agriculture et de l’économie nationale. Ce plan de restructuration est articulé autour de l’assainissement financier du CNRA et de sa transformation en une Société d’Etat ou une Société à participation financière publique majoritaire. A ce titre, le Gouvernement prévoit en 2018, une contribution exceptionnelle de 3,1 milliards de francs CFA, destinée à faire face aux dépenses les plus urgentes. Ce plan, prévu pour couvrir une période de cinq (05) ans, permettra notamment de sécuriser le patrimoine foncier du CNRA, de restructurer son actionnariat et de valoriser ses chercheurs.

Ainsi, d’une capacité d’autofinancement de 1%, soit 0,133 milliards de francs CFA en 2018, le CNRA restructuré devrait pouvoir générer environ 6,7 milliards de francs CFA de ressources propres par an et porter sa capacité d’autofinancement à 46% avant 2023.

Fait à Abidjan, le 30 mai 2018 
Bruno Nabagné KONE
Ministre de la Communication, de l’Economie Numérique et de la Poste,
Porte-parole du Gouvernement

Laisser un commentaire