Avec une production de 6 millions de tonnes par an, l’igname constitue la première production vivrière en Côte d’Ivoire (CNRA)

0
528
Une photo de famille avec tous les membres de la délégation

27 février 2018 (lepaysan.ci) Des chercheurs du Centre National de Recherche Agronomique (CNRA)  participent depuis ce lundi 26 février jusqu’au 01er mars 2018 à Abidjan aux côtés de leurs homologues  de la France, du Ghana, du Japon et du Royaume-Uni à un atelier sur le bilan annuel et à la planification du projet AfricaYam démarré en novembre 2014. C’est Dr Adiko, Conseiller Scientifique chargé de la Coopération Internationale au CNRA représentant son Directeur Général Dr Yte Wongbé qui a marqué l’ouverture des travaux.

Au nom du Directeur Généra du CNRA, Dr Adiko a remercié les chercheurs venus des quatre coins du monde pour leur présence à Abidjan pour ce projet AfricaYam dont l’objectif général est d’améliorer la qualité de l’igname et d’accroitre le rendement par l’amélioration génétique. Par ailleurs, il a rappelé l’importance de l’igname qui constitue une denrée essentielle à la sécurité alimentaire en Afrique. L’Afrique occidentale assure près de 95% des 54 millions de tonnes d’ignames produites chaque année en Afrique sub-saharienne  d’où sa dénomination de « Yam Belt »

En côte d’Ivoire par exemple, selon Dr Adiko  « A elle seule, l’igname représente 31% des 16 millions de tonnes de productions annuelles de vivriers du pays ; ce qui en fait la première culture vivrière, en volume, du pays. » a-t-il indiqué.

Le point focal du projet AfricaYam en Côte d’Ivoire, Dr Kouakou Amani Michel, Directeur de la station de recherches sur les cultures vivrières du CNRA à Bouaké et sélectionneur sur l’igname est revenu sur l’importance de cet atelier qui fera le bilan des trois années de fonctionnement du projet et permettra également de réfléchir durant ces quatre jours sur de nouvelles variétés d’ignames qui seront de bonne qualité culinaire, réticentes aux maladies, répondant aux besoins des utilisateurs ( producteurs, commerçants et consommateurs) et avec un rendement allant jusqu’à 30 tonnes à l’hectare. Les rendements actuels variant de 6 à 10 tonnes à l’hectare.

Pour rappel, l’igname constitue l’une des cultures vivrières pour laquelle la Côte d’Ivoire est autosuffisante. Le projet AfricaYam a une durée de 5 ans.

D.S (www.lepaysan.ci)

Laisser un commentaire